Visite de Rabat et surf à Bouznika

Visite de Rabat et surf à Bouznika

Après quelques jours passés à Tanger, je prends le train pour Rabat. Très facile en train, un ticket à 95 dh en 2ème classe (la 1ère étant full) et c’est parti.

 

Je me pose dans le train, un compartiment qui peut accueillir 8 personnes est vide. Vient s’installer ensuite un monsieur, très sympa. On discute de tout et de rien, il est vraiment intéressant et très sympathique. L’heure de départ arrive, je me dis qu’on a de la chance d’être que 2 dans ce compartiment. Le train démarre, les voyageurs sans place arrivent, et ils sont nombreux. Les 8 places assises dans notre compartiment se remplissent très vite, le souci c’est que ça continue d’arriver.

L’article vous plaît? Partagez-le avec vos amis, suivez-moi sur Facebook et surtout laissez un commentaire tout en bas de cet article. J’y réponds volontiers et ça fait parfois avancer le Schmilblick. 

Alors pour situer l’histoire, suis collé contre la vitre en marche arrière, il y a 8 personnes assises dans le compartiment, et bien 3 ou 4 debout entre nous. J’ai à ma gauche une dame habillée en djellaba multicolorée, une paire de gucci sur la tête, des seins qui tombent au moins jusqu’aux genoux, elle tient sur le côté (donc sur moi) un énorme sac rempli de poêles et beuglent à quelqu’un dans son téléphone. Je me dis que le voyage va être long.

 

Le trajet annoncé est de 3h40, on finit par en faire 4h30. La vue est belle, les paysages qu’on traverse également. Quelque part pendant le voyage un des types assis branche la radio sur son téléphone portable, un type crie (chante?) la prière du jour, le plupart des personnes présentes se mettent à prier aussi et à faire des va et viens avec la tête dans le compartiment. Moi j’hallucine totalement.

 

Arrivée en gare de Rabat (il y en a deux, ne vous trompez pas. J’ai du prendre le train dans l’autre sens pour arriver à Rabat ville), c’est tout un cirque pour descendre du train, il y a du monde absolument partout (et apparemment ils ne descendent pas là). Je trouve rapidement un hôtel proposé dans le Routard, le Velleda. Grand hôtel, super accueil, 230 dh la nuit pour une grande chambre (les linges sont même founis, le luxe) et le petit déjeuner est compris. (200 dh sans petit déjeuner). Pensez juste à ne pas prendre une chambre qui donne sur la rue, il y a une boite de nuit juste en face, et je vous promets qu’elle n’est pas bien insonorisée… Ah oui et au passage, le DJ a des goûts de chiotte !

 

J’en profite pour prendre une douche et sortir me promener et manger. Rabat a l’air d’être une ville moderne, les rues ont l’air sûr, l’ambiance y est sympa, un métro moderne dessert une partie de la ville.

 

Visite de Rabat à piedJe passe toute la journée qui suit à me promener dans Rabat. C’est vraiment une belle ville! Je visite le palais royal (mouaif, sans plus), la medina et le bord de mer. Ils ont un énorme cimetière au bord de mer, assez impressionnant. La promenade dure 20 km (on va plutôt dire une marche dans ce cas là), je rentre à l’hôtel, suis claqué, mais j’en ai pris plein les yeux.

 

Le lendemain je négocie qu’un petit taxi m’amène à Bouznika, environ 45 min d’ici. Il m’explique que les gens se partagent d’habitude des grands taxi, ceux ci pouvant accueillir 6 personnes + le chauffeur. 6 personnes? Oui monsieur, enfin, oui misiou. 2 à l’avant, 4 derrière. Il me conseille d’acheter les 2 places de devant histoire d’être à l’aise. Je préfère lui rallonger quelques billets sur sa course et il m’amène directement à Bouznika avec son petit taxi et ses tout juste 70km/h sur l’autoroute.

 

Bouznika a l’air d’être une espèce de station balnéaire. Apparement très visitée par les Marocains en plein été. J’y retrouve Kamal, un ami que mon frère a rencontré lors d’un précédent voyage au Maroc. Il se trouve que Kamal est aussi le type à connaître ici pour faire du surf. Il vient me chercher à la plage, on passe prendre un thé local, du pain, de l’huile d’olive, une omelette et des olives chez lui et on part surfer. Bref, suis accueilli comme un prince et j’ai jamais vu Kamal avant. Merci encore!

 

Ca fait 2 mois que j’ai plus mis un pied sur une planche. Le spot est très sympa, la plage jolie, nature, sauvage. L’eau est par contre super, mais alors super froide, assez sale et on est une 20aine au peak. Ca casse sur des rochers assez tranchants, la marrée descend, y’a des vagues (ouf!). Après 1h dans l’eau mes épaules me disent stop, j’ai aussi des grosses crampes aux mollets en pleine session. Me disais que c’était la marche de 20km d’hier qui m’a achevé mais en y réfléchissant c’est l’eau froide de l’océan, ça caille à mort, suis gelé, on sort.

 

Kamal m’invite à manger chez lui, avec toute sa famille, sa femme, ses cousins, ses amis. On est une petite ribambelle, ça parle principalement arabe, je comprends rien mais c’est le kiff. Je pense pas qu’on ferait ce genre de choses en Suisse. Accueillir le frère d’un type qu’on a rencontré pendant 2 semaines il y a 2 ans, s’occuper de lui, l’inviter à manger à la maison, lui trouver une piaule. J’apprécie cette simplicité et cette gentillesse, c’est touchant. Kamal si tu me lis, j’espère que tu fais bon usage de la Swatch. Merci encore pour le super accueil !

 

Si vous êtes dans le coin pour surfer un peu, contactez Kamal absolument. Il vous donnera des cours de surf et vous indiquera les meilleurs spots. Je vous communique son email / phone par simple email: coucoulemonde@icloud.com

 

Kamal me dégotte une piaule dans la maison à côté de la sienne, il y a pas tant d’hôtels ici à Bouznika. Enfin, quand je dis une piaule, je devrai plutôt dire un appart de 80m carrés avec une terrasse tout aussi grande et vue sur l’océan et la campagne!  Un peu cher il est vrai, mais pas d’autre choix.

Le 2ème jour on retourne au même spot, la houle s’est un peu levé, y’a des belles vagues de 1.5 mètres qui déroulent assez consistantes. On arrive vers 15h, presque seuls à l’eau. Une heure plus tard c’est autre chose par contre, on est une 30 aines à se battre au peak. On passe plus de 2 heures dans l’eau (Kamal m’a sorti la combinaison intégrale cette fois, un must ici) et j’ai pris quelques unes de mes plus belles vagues depuis longtemps. Je rentre à la maison, lessivé mais avec un smile énorme au visage. Demain Bouznika se termine, je prend le train pour Marrakesh. Ils annoncent des températures de 40 – 45 degrés, ça promet!

Et si tu donnais ton avis?



Translate »
Merci pour le partage. Pensez également à me suivre sur Facebook