Premiers jours à Tanger

Premiers jours à Tanger

Après un stop de 2 semaines à Barcelone, me voilà arrivé au Maroc. Vol facile depuis Barcelone, j’atterrit à l’aéroport de Tanger.

 

A Barcelone on m’a conseillé d’acheter un guide pour le Maroc. J’avoue que j’ai jamais été très fan de ce genre de guide. C’est sensé vous amener dans les pseudo coins cool, authentiques et bon marché, et une fois sur place vous vous rendez compte qu’il n’y a que des rastapouets, jongleurs, cracheurs de feu en vadrouille en tout genre qui ont lu le même guide que toi.

 

Mais comme je ne connaissais rien du tout au Maroc et que je voyageais seul, me suis dit que c’était une bonne idée. (et c’est vrai que le guide a souvent été pratique, ne serait que pour les plans). C’est alors que je me suis dit que j’allais suivre à la lettre les recommendations du guide (Le Routard 2014 en l’occurrence) et me rendre compte à quel point ce genre de guide est pratique, véridique et utile (ou pas!)

 

L’article vous plaît? Partagez-le avec vos amis, suivez-moi sur Facebook et surtout laissez un commentaire tout en bas de cet article. J’y réponds volontiers et ça fait parfois avancer le Schmilblick. 

Première expérience à l’aéroport donc. Le Routard m’avait averti qu’il n’y avait pas de bus. C’était donc soit taxi (100 dr la course en ville) ou autostop. Je commence donc une longue négociation avec le chauffeur de taxi, et autant le dire tout de suite, c’est à chaque fois la même chose ici. Il commence à 200 dr, moi à 80. On se met finalement d’accord pour 150. Ok c’est vrai, j’ai perdu. Mais j’ai pas la patience qu’il faut non plus.

TangerJ’arrive à l’hôtel Magellan. Une guesthouse recommandée, soit disant avec vue sur la cour ou la mer, à 100 dr la nuit et avec un super accueil. Résultat: le type de l’accueil est moins sympa qu’une porte de prison et le prix affiché est de 250 dr (ben oui, le Routard indique apparemment les prix saison d’hiver selon Monsieur « porte de prison »). En plus les deux chambres qu’il me présente donnent sur rien du tout. Une toute petite fenêtre ouvre sur une magnifique vue du couloir. Je commence à discuter, ça prend des plombes, il la lâche finalement à 200 dr, je lui dit d’aller s’enfiler un falafel dans le fion, il s’énerve, moi aussi. Je me tire. Bref, ça me saoule! (Et au passage n’y mettez pas les pieds).

 

J’avoue que les premiers jours ne sont pas faciles avec les Marocains. Être blanc est souvent prétexte pour te vendre tout et n’importe quoi, surtout n’importe quoi. En quelques jours à Tanger j’ai actuellement dans ma famille: 25 nouveaux frères, une 50aine de cousins et quelques gazelles. Vous explique pas comme l’organisation du prochain diner de famille va être compliquée !

 

Après quelques jours, on s’y fait, on s’arrête moins à chaque fois que quelqu’un veut te dire quelque chose, on s’habitue un peu, et surtout on rencontre des gens intéressants et fondamentalement gentils. L’accent aidant beaucoup, je ne compte plus le nombre de fois qu’un Marocain m’a fait rire en m’expliquant quelque chose, combien on a rit avec un guide lors d’un voyage ou combien ils sont serviables et toujours prêts à aider (oublier pas la pièce au passage, ils sont gentils mais faut pas la pousser).

 

Tanger est une grande ville en pleine construction. Des nouveaux immeubles voient le jour un peu partout, surtout des logements sociaux à entendre le taxi. Le bord de mer est très joli bien que très (trop) bétonné. C’est l’endroit où il faut sortir la nuit avec pas moins de 24 boites les unes à côté des autres selon les dire d’un RP d’une boîte (qui m’a fait visiter sa boite de nuit en plein après-midi… passionnant… mais j’avais pas le choix!). La Medina vaut son petit détour et se promener dans les rues est plutôt sympa. (Ca se sent que suis pas emballé hein?)

 

Tanger

J’ai mangé 2-3 fois au restaurant Ali Baba recommandé par le Routard. Pile poile dedans cette fois là. Très bon, varié, accueil super sympa et prix corrects (5 CHF le couscous royal par exemple). Par contre petit bémol (ou immense problème je dirai), ils ne servent pas de bières dans la plupart des restaurants / épiceries. Quoi? Pas d’alcohol ni même une petite bière de rien du tout? Non! Le big boss de leur religion interdit la consommation d’alcohol. Ok, soit. Le pauvre, il a des principes du moyen âge, c’est son problème. Mais alors pourquoi pas en vendre aux touristes nom d’une pipe? (J’ai évité le nom de Dieu sur ce coup là). Un voyage sans bibines c’est tout de même moins marrant!

Ah oui, au passage, le shit est une drogue et également interdite au Maroc. Par contre là pour en trouver c’est aucun soucis! En quelques jours on a du m’en proposer une cinquantaine de fois. Je dis ça je dit rien.

 

Des amis à Barca m’ont raconté qu’en cherchant un peu, on tombe sur un type qui t’amène voir un autre type qui t’amène quelque part pour finalement toquer à une porte. En sort un type (encore un autre donc, oui oui, ça fait beaucoup), il glisse quelques bibines dans un sac en plastique avec l’ordre de ne pas les boire dans la rue ni de les sortir du sac avant d’être rentré à l’hôtel. Bref, pas facile de devenir alcolo par ici.

 

Si vous utilisez le taxi, prenez les petits taxi (c’est écrit petit dessus). Ce sont souvent de petites voitures, genre Peugeot ou Lancia, et tout de même relativement pourries. Les petits taxis roulent au compteur et s’arrêtent pour prendre d’autres passagers (plutôt drôle). Les taxi beige (les grands donc, suivez un peu!), principalement des mercedes, sont super chers ! Par exemple j’ai payé 70 dr pour aller à un marché avec un taxi « normal », 12 dr pour rentrer avec un petit taxi.

 

Sinon on a vite fait le tour de Tanger. Pas des millions de trucs à voir à mon goût et me suis vite lassé. C’est une ville quoi, avec tout ses désavantages. Après quelques jours passé ici je décide de prendre le train pour Rabat.

 

Voici ci-dessous quelques photos prises au Maroc. Pensez à me laisser un commentaire ci-dessous, ça fait toujours plaisir et c’est chouette de partager des expériences diverses.

Et si tu donnais ton avis?



Translate »
Merci pour le partage. Pensez également à me suivre sur Facebook