Mon review du Sonar 2016

Mon review du Sonar 2016

C’était dans mes plans l’année passée d’écrire un long review de mon premier sonar, mais je me suis fait un peu happer par Barcelone cette fois-là et mon review est passé à la trappe (j’en parle d’ailleurs ici)

Cette année j’ai été plus sage (enfin, c’est relatif) et j’ai pris pas mal de notes. L’idée de ce review n’est pas de juger (c’est toujours facile de dire par après “j’aurai fait mieux”), mais simplement de présenter mes quelques soirées et les trucs que j’ai bien ou moins bien aimé. N’hésitez pas à laisser vos impressions et points de vue dans la section commentaire ci-dessous, on a sûrement pas vécu les mêmes soirées de la même manière.

Mercredi: Cocoon at Fact Pool Series

Bon alors tout d’abord, j’avais pas prévu d’aller à cet event. Mais il se trouve que mon pote Franck de Cocobeach à Paris y tenait le stage 2 et que passer une journée à faire la fête avec Franck c’est un peu comme ouvrir ses cadeaux à Noël quand on est enfant.

Je me pointe donc avec un pote vers 19h (ça ouvrait à 15h). Heureusement qu’on ne s’est pas pointé plus tôt. C’est mercredi, c’est l’après-midi, et il n’y a pas foule. Le lieu est vraiment cool, une vraie pool party avec meufs en maillots de bain et types musclés à torse poil (les autres gardent le t-shirt, forcément). Bon au premier vue d’oeil, ça a l’air blindé d’anglaises en maillots de bains improbables et talons aiguilles (sur lesquels elle vomiront sûrement un peu plus tard dans la soirée). Le soleil tape à mort et sur le moment je regrette un peu mon jeans slim / bottines!

Fact Pool Series CocoonOn file donc au bar prendre une bière et là merde! Il faut un ticket boisson! J’avais oublié que la plupart des events en off location à Barca fonctionnent avec ce système. Dommage de payer ses barmans au lance-pierre pour qu’ils vous volent ensuite des centaines d’euros en cash dans la caisse. On file donc aux guichets pour prendre des billets, il y a beaucoup de monde mais ils ont bien blindé en caisse, ça va vite. Et là mauvaise surprise: il faut commander en avance exactement ce que vous voulez boire. Donc on se fait un petit film dans la tête: “je pense que je vais commencer par une bière, puis un gin tonic, puis un deuxième. Puis je vais sûrement rencontrer une meuf, elle va boire quoi tu crois? Un jus mangue goyave? Vous avez mangue goyave? Non? Bon, ben peut-être une sangria, une autre bière et une bouteille d’eau”. Bref, la merde!

Alors oui je comprends tout à fait le système “no cash” sur le site. Beaucoup le font et c’est compréhensible. Je trouve tout de même que le système cashless électronique (avec bracelet ou carte) utilisé au Sonar ou au brunch electronic par exemple est vraiment plus facile à utiliser pour tout le monde (mais c’est vrai qu’il a un certain coût pour l’organisateur). Par contre, pourquoi devoir décider en avance de ce qu’on va boire exactement pendant la soirée? Quel intérêt pour le promoteur? Pourquoi ne pas utiliser une simple monnaie différente (souvent appelée des tokens) qui nous permettrait de boire ce qu’on a envie sans devoir se casser la tête en avance? Si vous avez la réponse, je la lis volontiers dans les commentaires ci-dessous!

On finit par commander une bière (5 euros pour un verre à long drink tout petit… légèrement abusé). On arrive sur le dancefloor tout juste à la fin du set de Tim Green. Christian Burkhardt reprend derrière avec son live. Malheureusement il a pas mal de problèmes techniques avec la prod et il passe 10 – 15min à parler la langue des signes avec la régie située de l’autre côté du dancefloor. C’est marrant à voir (sauf pour lui sûrement). L’ambiance redescend un peu et j’avoue, on se fait un peu chier. On en profite pour aller faire les guignols sur le stage 2 organisé par Cocobeach (on est assez doué pour faire les cons). On y retrouve des potes à Franck et Sascha Dive qui fait un super set devant un dancefloor qui se remplit doucement. Dorian Paic qui jouait sur ce stage de 20h à 22h était vraiment très bon également.

Retour sur le stage principal. Josh Wink reprend les commandes pour un set au coucher de soleil (veinard va), le dancefloor est blindé, l’ambiance est très cool. Puis c’est une suite classique de soirée club: des rencontres, des pas de dance, on boit, on rigole, on re rencontre, on re rigole, on fait les cons, on est bourré, on cherche nos potes, on les retrouve, on les reperd et on en retrouve une partie plus tard sans vraiment se demander ce qu’est devenue la partie perdue.

Dans l’ensemble une très belle surprise. L’event est vraiment bien produit, très fluide à tout les niveaux (bars, nombre de serveurs (en plus, que des bombes hommes ou femmes au bar), toilettes, sécu, circulation, place sur le dancefloor), l’endroit est hyper beau et parfait pour un après-midi au soleil, beaucoup de place, pas trop blindé, zone chill et on a même pas galéré pour trouver un taxi pour rentrer. Et bravo pour les vidéos live diffusées sur Facebook pendant les events!

C’est sûr que la Pool party de Fact sera notée dans mon agenda en 2017 !

Jeudi – Luciano à l’hôtel Ayre Rosellon

Luciano à l'hôtel Ayre Rosellon

Luciano à l’hôtel Ayre Rosellon

On m’a invité au dernier moment pour aller voir Luciano, Mirko Loko et Cesar Merveille à l’hôtel Ayre. L’hôtel dispose d’une terrasse à couper le souffle avec une vue incroyable sur la Sagrada familia. Ca s’annonçait donc comme un parfait plan d’après-midi histoire de boire quelques verres et voir des potes. J’étais à la bourre et pas prêt à sortir mais je décide de me bouger, rentrer chez moi me changer et d’y aller, ça commence vers 18h30 – 19h.

Enfin arrivé chez moi, je me prépare et reçois un message d’un pote qui me dit que l’event a été fermé par la police après moins d’une heure. J’ouvre donc mon Facebook et je lis plusieurs posts à ce propos. Il semblerait qu’il y ai eu beaucoup trop de monde présent à l’event, la sécurité s’est fait déborder, mouvements de foule et au final une vitre de l’hôtel a éclaté. La police arrive, ferme l’event. Flûte (on le dit pas assez flûte non?)

Je dis il semblerait car je ne sais pas ce qu’il s’est réellement passé et je n’y étais pas. Bon, en même temps annoncer un event avec une capacité d’une ou deux centaines de personnes, en plein centre de Barcelone, par le biais d’un compte Facebook de plus d’un millions de fans, c’était peut-être un risque à anticiper. Dommage car l’endroit était vraiment exceptionnel ! (vue terrible sur le live stream ci-dessous).

Vendredi – Circoloco at Poble Espanyol

On se réjouissait de la fête du fameux label d’Ibiza dans ce lieu magique qu’est le Poble Espanyol, et malheureusement la déception en fut encore plus grande. Une mauvaise opération sur presque toute la ligne. Organisée par le label Loud, on pensait que les gars avaient assez d’expérience dans les events de Barca et de la plaça Mayor pour ne pas faire autant d’erreurs. Explications.

Circoloco Off Week 2016

Circoloco Off Week 2016

Les toilettes d’abord… Comment dire, 20 toilettes sur la place principale et une douzaine à l’entrée ne suffisent forcément pas pour 4-5’000 personnes. D’autant plus quand ce ne sont que des toilettes “cabine de chantier” assises et qu’en gros il y a dans la file: des meufs et des mecs qui vont faire pipi, les mecs bourrés, les types qui rentrent à 4 pour se taper des rails de coke, les malheureux qui ont besoin de chier (bonne chance!) et des mecs perdus qui ne savent pas vraiment pourquoi ils sont là… Pourquoi ne pas séparer toilettes filles et garçon? Pourquoi ne pas rajouter le double ou le triple de toilettes? Pourquoi ne pas installer de pissoirs pour les mecs afin de désengorger les autres toilettes? Pourquoi ne pas mettre de sécu pour gérer tout ça? Moi c’est le genre de trucs qui me bloquent. Je vais moins boire du coup car j’ai pas envie de me taper une file de 45min – 1h pour aller pisser.

Ensuite les bars. Bon, comme presque partout pendant le Sonar, on utilise un système cashless (Sonar par exemple) ou des tokens (ou alors des billets en papier si on est un promoteur qui crève vraiment la dalle!) 🙂 Et autant le dire tout de suite, on ne comprend rien du tout à ce système de token (Ca serait fait exprès que ça ne m’étonnerait pas). Alors pour la faire courte, 10 tokens c’est 20 euros, on peut également en acheter 20 ou 50 mais j’y comprenais plus rien ensuite, et une bière coûte 3.5 tokens. Simple règle de 3 c’est vrai, un token vaut donc 2 euros. Donc 2 x 3.5 = 7 euros (cher la bière quand même??) Mais quand vous êtes en pleine fête, alcoolisés et dans des états secondaires, autant dire que vous pouvez vous carer votre règle de 3 profond dans le fion et juste allonger la monnaie (vous arrivez déjà à peine à trouver vos tokens ou les compter… alors comprendre combien ça vaut…) Bref, c’est l’enfilade totale !

On a donc nos tokens. Cool, direction le bar. Ah merde, il y a juste 20’000 personnes qui attendent au bar (j’exagère à peine) et il y a 3 serveurs qui font de leur mieux pour les satisfaire. Au passage certains serveurs sortaient surement d’une fête d’halloween et foutaient carrément les boules, mais bon c’est une autre histoire ça (comparons ça aux serveurs super beaux / belles de la Pool Party Fact et on comprend sûrement rapidement qui fait le plus de chiffres). Alors voilà, y’a environ 20 mètres de bars dans tout l’event et plein de place autour pour en mettre encore plus. J’ai jamais vraiment pigé pourquoi on économise sur les surfaces de bars! Rajouter quelques éléments de bars et des tentes, quelques tireuses et du staff ne coûte pas cher (surtout en Espagne) mais vous fait ramasser gros. J’ai du essayer au moins 7-8 fois de prendre une bière et je me suis cassé au bout de 15-20 minutes car ça me soulait juste d’attendre comme un con. Rajouter à ça le public de la soirée (beaucoup d’anglais qui boivent comme des trous, j’en parle après, vous inquiétez pas) et vous vous retrouvez avec des temps d’attente surréalistes au bar.

La clientèle justement? Ben un peu de tout forcément, et surtout des étrangers (t’as vu les prix des billets???) mais on sent l’influence italienne du circoloco. Ca s’habille en noir, ça porte des jeans serrés et des lunettes de soleil bizarres. J’étais par contre étonné de voir autant d’anglais. Beaucoup de mecs j’ai trouvé, ça picolait à mort et bon, certaines mâchoires faisaient de sacrée va et vient 🙂 De loin pas la meilleure clientèle de la semaine (à mon goût, vous énervez pas!)

Et la zic? Car ben oui, c’est pour ça qu’on est venu finalement. J’ai personnellement adoré le set d’Apollonia, je crois qu’ils ont joué un peu plus long que prévu car Black Coffee n’est pas venu, ou plutôt à mon avis il n’était jamais sensé venir ou a annulé plus tôt car il annonçait sur son Facebook qu’il jouait en Afrique du sud. C’est pas que j’avais vraiment envie de l’entendre jouer, mais aucune communication n’a été faite à propos de cette “annulation”.

Davide Squillace c’était de la grosse bombe aussi. Après le b2b de Jamie Jones et Seth Troxler c’était parfois très bon, parfois chiant. Un peu décevant quand on se rappelle à quel point il était magique en b2b avec les Martinez Brothers à la dernière Modernity.  Il faut dire que le sound system de l’event était mal réglé. En début d’après-midi c’était au poil (une fois qu’ils ont monté le son, après 2 heures quand même) mais dès que ça s’est rempli c’était vraiment mal réglé. Beaucoup trop de basses, un truc qui vibre à t’en décoller les tympans, c’était mauvais et ça n’a pas aidé à la prestation du tant attendu back to back. J’ai trouvé dommage qu’on ne voyait pas les DJs. Ils étaient dans le noir sur le stage et je trouve que ça déconnecte un peu tout le monde. J’aime bien voir les mecs kiffer quand ils jouent.

Circoloco Off Week 2016

Circoloco Off Week 2016

Le stage par contre était excellent. Très belle production avec cette grosse scène version dôme, et surtout les projections vidéos en deux parties sur la scène étaient archi mais alors archi bien. Beaucoup aimé !

Bon c’est vrai, suis assez négatif (et en même temps c’est que mon avis personnel). Mais c’est juste que ça m’a étonné de voir un event monté de cette manière et ça puait quand même la machine à fric. Les derniers releases de billets étaient vendus 55 euros + frais, j’ai des potes qui ont acheté des billets au dernier moment à 66 euros, et certains en vendaient à 100 euros à l’entrée. Calcul vite fait: prix moyen du billet X nombre de personnes = beaucoup de fric. Rajoutez la dessus des prix au bar particulièrement haut = beaucoup beaucoup de fric. Alors oui, je m’attendais vraiment à quelque chose de beaucoup mieux !

Vendredi – Watermelon Free week

Comme Circoloco c’était pas vraiment top, qu’il commençait à pleuvoir un peu vers 12h30 et qu’on se faisait chier, on est parti à la free party de nos amis français de Watermelon.

Watermelon free weekEt là super surprise. C’était bien blindé, ça dansait partout. Le son claquait plus que la dernière fois où j’y étais et le dancefloor extérieur était plein de gens apparemment très contents d’être là (bonne idée d’avoir fermé la vitre sur le côté et de rassembler du coup les gens devant le dancefloor) On y croise quelques amis, on boit quelques coups, ça mate un peu, les gens sont cool (on sort quand même du Circoloco et de ses gremlins), c’est vraiment sympa. Bon j’avais peut-être l’air trop déchiré, mais le barman essaye de me la mettre à l’envers en me rendant 10 euros sur mon billet de 50 (j’avais commandé un gin tonic), genre l’air de rien le mec. Je lui demande combien coûte le gin tonic, il me dit le prix (me souviens plus… Oh ça va, j’ai dit que j’étais un peu déchiré) et je lui dit que je lui ai filé un billet de 50. Et la ce gros batard me fait, t’es sûr? Ahhaha, on rigole, on se matte dans les yeux (genre duel à mort dans un western), il comprend qu’en fait j’ai l’air d’un tueur en série et il finit par dire: ah oui pardon, toutes mes excuses. Bref, essayé pas pu.

Vendredi – After au W Hotel

Il se trouve que j’ai rencontré un pote et ses amies à la Watermelon. La Watermelon ferme à 3h, quelqu’un dit after dans ma chambre. Je dis oui. On finit au 21ème étage de l’hôtel W. On regarde le lever du soleil (magique) et on rentre à 9h du mat. Il s’est passé plein d’autres trucs entre temps mais ce qu’il se passe à l’after reste à l’after non?

After hôtel WSamedi – Sonar de nuit

J’avais pas fait le Sonar de nuit (ni de jour d’ailleurs) l’année passée. Je sais pas, on m’avait dit que ça craignait un peu, que c’était trop gros, que patati et patata. Et ben c’est tout le contraire!! Sans aucun doute notre meilleure soirée de tout le festival, et certainement la mieux organisée.

Le Sonar a lieu à la Fira Gran Via (pour la version de nuit). Enorme festival qui peut accueillir beaucoup de monde. 150’000 visiteurs l’année passée, 6’000 à sa première édition en 1994. On arrive dans un énorme hangar et on se pointe au contrôle des billets. On se dit que ça va être long car on est pile dans l’heure de rush et qu’il y a du monde partout. Et là il y a juste des dizaines de points d’accès et du staff partout. On a du attendre 10 secondes pour se faire scanner le billet, se faire mettre un bracelet d’entrée avec la puce cashless et se faire rapidement fouiller. Boum, on est là !!

Direction le cashless. J’en parlais avant, la plupart des events à Sonar sont 100% no cash. Tout se fait avec une monnaie unique ou un système électronique. A Sonar c’est Glownet d’Amsterdam qui s’occupe de tout le système cashless et il faut dire que c’était très efficace. Il y avait au moins une 50 aines de stands d’accueil cashless, un sur 2 acceptait que du cash, l’autre que des cartes bancaires (pas con comme idée). On attend 5 minutes, on charge notre bracelet et on file au bar. J’avais chargé 50 euros en me disant que je serai large, et je savais qu’il était possible de récupérer son argent par après (sur place ou depuis internet). Le système de remboursement est d’ailleurs bien fait, remboursement demandé aujourd’hui, super facile, et on peut même consulter la liste des boissons qu’on a commandé.

Sonar by nightLes bars aussi étaient très bien gérés, beaucoup de différents points de vente, beaucoup de staff, prix des boissons très raisonnables: 4 euros la bière 33cl, 5.5 euros celle de 50 cl. (ça change de la bière long drink de la pool party mercredi ou de celle de Circoloco à 7 euros). Les gin tonics sont servis dans des énormes verres red bull (et super corsés!)

On m’avait dit il n’y avait que de zombies et des gremlins à Sonar. Et bien pas du tout! Clientèle très variée mais bon enfant. Bon mix entre catalans et étrangers (beaucoup de français, Laurent Garnier oblige je pense). L’event est super bien produit, les scènes sont belles (mention spéciale à la salle SonarCar avec ses grands rideaux rouges. Simple mais efficace). Les autres salles manquent peut-être un peu de décoration pour que ce soit un peu plus accueillant mais l’effet brut / industriel (surtout la structure de la scène et du “dj booth”) fonctionnent bien.

On écoute un peu New Order, on fait un tour aux auto-tamponneuses, puis on se pointe à minuit pile pour le début du set de 7 heures de Laurent Garnier. Quelle baffe on a pris. Sound system terrible, super set, gens hypers cool, de la place pour danser, visuels très cool. Bref un pied énorme. Je regrette juste qu’il n’y avait pas de lumière sur Laurent Garnier et qu’au final on ne le voyait presque pas (à part sur les écrans géants, mais bon, en noir et blanc, et c’est pas pareil). A 5h30 on décide d’aller écouter Ben Klock. Il joue dans la salle extérieur, en plein air. C’est blindé, c’est techno, c’est hard, le soleil se lève, et c’est ce qu’il nous fallait pour cette heure-ci (enfin, j’imagine). Il finit de jouer à 7h, on sort, on galère un peu pour trouver un taxi mais on a la tête plein de bons souvenirs !

Dimanche – Used + Abused

Loud-Contact Off weekMon pote nous a listé pour cet event dimanche. Carl Cox et Loco Dice aux commandes pour ce dernier event de la longue  off week. Ca semblait vraiment prometteur mais j’ai décidé de passer mon tour. J’étais littéralement au bout du froc 🙂 Loud-Contact ont repensé la disposition du dancefloor à la zone du picnic au Poble Espanyol et à voir les photos (et les feedbacks de mes potes) ça avait l’air vraiment bien (j’étais pas fan de la disposition de l’année passée avec un dancefloor trop étroit à mon goût). Mon pote m’a dit par après que c’était l’émeute totale cette après-midi, particulièrement Loco Dice. Essayé pas pu, dommage!

Voilà c’est finit

On est lundi quand j’écris ce review et j’ai encore plein de supers bons moments dans la tête, les pieds un peu gonflés par tant de danse et l’esprit un peu brumeux. On était vraiment une très bonne équipe cette année au Sonar et on a passé une semaine de folie. L’année prochaine c’est sûr on sera à nouveau présent, et cette année on va plus privilégier le Sonar de jour et de nuit aux détriments des grosses soirées du Off.

Et si tu donnais ton avis?



Translate »
Merci pour le partage. Pensez également à me suivre sur Facebook