Les traditions catalanes à Noël

Les traditions catalanes à Noël

Avec la période de Noël qui bat son plein à Barcelone et les nombreux stands et chalets en tout genre qui ont fait leur apparition, j’ai été intrigué par deux figurines assez étranges qu’on retrouve un peu partout à Barcelone: un type qui fait caca et une bûche en bois qui sourit. Explications.

Caganers BarcelonaDans leur scène de la nativité, les catalans ont ajouté un personnage que l’on ne trouve dans aucune autre crèche de la planète. En plus des incontournables Marie, Joseph, Jésus et les bergers traditionnels, les catalans ont un autre personnage pittoresque appelé Caganer. Ce petit personnage est souvent placé dans un coin à moitié caché. Il y a une bonne raison qui explique qu’il soit mis en arrière-plan. Le mot Caganer peut être en effet traduit littéralement en «Chieur», et c’est exactement ce que fait ce bonhomme: il chie!

L’explication la plus courante à la présence de ce chieur est qu’en chiant il fertilise la terre. Il peut donc être considéré comme un symbole de prospérité et de chance pour l’année à venir. L’origine exacte du Caganer s’est perdue dans la nuit des temps. Plus personne ne sait quand et où ce personnage est apparu pour la première fois.

L’article vous plaît? Partagez-le avec vos amis, suivez-moi sur Facebook et surtout laissez un commentaire tout en bas de cet article. J’y réponds volontiers et ça fait parfois avancer le Schmilblick. 

Quand à la bûche en bois, il s’agit du Tió de Nadal. À l’origine il s’agissait d’un morceau de tronc du foyer, et son cadeau était la chaleur qu’il apportait à la maison. De nos jours, c’est un tronc creux d’environ 30 centimètres de longueur, debout sur deux ou quatre petites jambes en bois, avec un grand sourire dessiné sur une extrémité et souvent un petit nez en bois, le tout étant surmonté d’un chapeau miniature.

El tió de NadalCommençant le jour de l’Immaculée Conception (8 décembre), on donne au tió un peu à «manger» chaque nuit, le recouvrant ensuite avec un drap rouge pour qu’il n’ait pas froid.

Le jour de Noël (ou la veille, selon la tradition familiale), on ordonne au tió de « chier ». Ensuite, pour le faire chier (ce qui est bien le terme que l’on emploie, et non jamais « déféquer » ni rien de plus « propre »), on le bat avec des bâtons en chantant des chansons.

Le tió ne donne pas de grands objets ; ceux-là sont apportés plus tard par les trois Rois mages. Il donne donc des objets de petite taille, généralement des bonbons ou des noix. Dépendant de la région, il peut aussi donner des figues sèches. Quand il n’a plus rien à chier, il donne un hareng salé, une gousse d’ail ou un oignon.

Voici un exemple (parmi beaucoup d’autres) d’une chanson du Tió de Nadal :

Caga tió,
Caga torró,
Avellanes i mató,
Si no cagues bé
Et daré un cop de bastó.
Caga tió!
Chie, bûche,
Chie torrons,
Noisettes et fromage,
Si tu ne chies pas bien,
Je vais te donner un coup de bâton.
Chie, bûche !

Et si tu donnais ton avis?



Translate »
Merci pour le partage. Pensez également à me suivre sur Facebook