La consommation de champignons est passible de peine de prison à Bali

La consommation de champignons est passible de peine de prison à Bali

La police de Bali a mis en garde les résidents ainsi que les touriste en vacances à Bali: la consommation de champignons magiques peut vous conduire en prison.

“Toutes les personnes qui consomment ou vendent des champignons violent la loi sur les narcotiques” a dit le directeur de la police des stupéfiants.

Depuis le début de l’année, ces champignons magiques ont été placé dans la liste des narcotiques comme type 1.

Les champignons magiques sont vendus et proposés un peu partout à Bali, particulièrement dans la zone de Kuta, souvent sous la forme de jus ou d’omelette.

Avec cette nouvelle classification dans la liste des narcotiques, les champignons ne sont plus présentés si facilement, cependant un vendeur qui souhaite rester anonyme dit: “vous pouvez toujours trouver très facilement des champignons à acheter dans la zone de Poppies I et II”.

Le directeur des stups avec son équipe a fait une grande campagne d’information sur le danger de cette substance, auprès du public ainsi que de restaurants à Kuta.

“De nombreuses personnes ne savent pas que la consommation de champignons est maintenant illégale et qu’ils peuvent aller en prison pour en avoir consommé. Ils pensent que c’est toujours permis d’en consommer à Bali”.

La police de Denpasar, en coopération avec la police de Kuta, a commencé en septembre 2014 a informer la population de cette nouvelle interdiction.

A partir de janvier 2015, la police de Bali ne tolère plus aucune vente ni consommation de champignons magiques. S’ils trouvent des consommateurs ou des vendeurs, ils seront arrêtés et envoyés en prison. Ils peuvent recevoir les mêmes peines que les consommateurs de marijuana et d’autres drogues. Et quand on connaît la dureté de la loi balinaise à ce propos (minimum 4 ans, maximum 12 ans de prison ferme), ça donne vraiment pas envie de se faire un trip !

Et si tu donnais ton avis?



Translate »
Merci pour le partage. Pensez également à me suivre sur Facebook