Kuta Lombok, Gerupuk

Découverte du sud de Lombok

Quand nous avons annoncé à nos amis à Bali que nous partions pour Lombok, ils tenaient tous le même discours: “Ah j’aime pas Lombok”, “C’est musulmans et les gens ne sont pas accueillants”, “c’est pas super cool, j’aime pas”.

Alors autant le dire tout de suite, on a vécu totalement l’inverse! Mais commençons par le commencement.

En route pour Lombok

Nous sommes partis de Balian (au Nord ouest, l’article est à lire ici) où on a passé quelques jours à surfer entre amis (et où on s’est initié au yoga, tellement cool!). Le drive depuis Balian jusqu’à Padang Bay en scooter avec chien, sac à dos et planche de surf était long, environ 3 heures. La route depuis Sanur est top, une 2 voie sans trop de circulation, presque une autoroute. Arrivé à Padang Bay on va se renseigner pour le prochain ferry avec l’idée d’y passer une nuit. Sauf que le ferry partait tout de suite et que Padang Bay (à première vue) n’offre pas grand intérêt. On embarque donc sur un grand ferry avec scooter et chien, le tout pour 100’000 rp par personne. Le ferry était au 3/4 vide, quelques camions de ravitaillement en pétrol et autres marchandises et une 50 aines de scooters. On s’installe sur le pont supérieur, à l’air libre. Plus facile également pour gérer Jules et les indos qui ont vraiment peur des chiens, d’autant plus quand il est tenu en laisse. Ils sont tellement habitués à voir les chiens errer et avoir peur d’eux (tu m’étonnes, avec les coups qu’ils leurs mettent quand ils s’approchent trop près), qu’un chien en laisse ne peut qu’être louche 🙂

Kuta Lombok

Kuta Lombok

La traversée en ferry prend 4 heures. On l’a fait de nuit, ce qui enlève beaucoup du charme de naviguer en pleine mer mais rajoute un côté mystique de naviguer tout feux éteints dans le noir le plus complet. Ca passe assez vite et sans encombres, la mer est vraiment calme et peu de houle. On arrive à Lembar vers 22h30. C’est un grand port pour bateaux à marchandises avec beaucoup de monde partout et des gens qui s’affrètent à charger les cargos. On descend donc du bateau en scooter et c’est parti pour trouver un hôtel pour la nuit.

Arrivée à Lombok

Bon, j’avoue que c’est là que ça s’est compliqué un peu: aucuns hôtels dans les environs et personne pour nous renseigner. Merde! Il est environ 23h, il fait nuit, on est creuvés (3h de scooter + 4h de ferry obligent) et Lembar c’est pas vraiment ce qu’on pourrait appeler super friendly. On décide donc d’aller à la première “grande” ville la plus proche: Mataram. Environ 45min de scooter à suivre des panneaux et demander aux locaux, pas de GPS (nos 2 iPhones sont déchargés… ben oui, ça dure 4h à tout péter cette merde d’ibidule) et avec Jas on commence à rire un peu jaune. Jas me dit d’ailleurs: “Purée, on vient de débarquer au Pakistan.” C’est pas vraiment faux (bien que j’ai à vrai dire aucune idée de quoi ressemble le Pakistan, mais ça ressemble à l’impression que je peux en avoir). Peu de monde, personne dehors, de longues routes entre 2 villages perdus. Le fait qu’on soit arrivé de nuit n’a sûrement pas aidé à améliorer notre première impression.

Bref, on arrive finalement à Mataram, on se renseigne chez quelques locaux et on trouve un hôtel (minable, avouons-le) à 150’000 rp la nuit (+50’000 rp de bakchich pour qu’ils acceptent le chien qu’ils ne voulaient surtout pas voir dormir dans leur hôtel). On passe une nuit difficile sur 2 planches en bois, sans draps ni serviettes et avec une flopée d’indonésiens qui écoutent de la musique jusqu’à 2h du mat dans la cour devant notre porte. Niveau “qualité de la première impression” on est proche de 0.

The Rinjani Kuta Lombok

The Rinjani Kuta Lombok

Kuta Lombok

On se lève donc tôt et on trace sur Kuta tout au sud où nous attendent nos amis. Une fois sorti de la ville, on arrive sur une grande route à 2 voies, super goudron sans trous (tellement rare ici!), ombragée par plein d’arbres en bordure de route, sans traffic et avec un paysage à couper le souffle! Qualité impression +5 points. Ca nous prend plus ou moins 1h pour arriver jusqu’à Kuta et on en a pris plein les yeux. On débarque à Kuta, petit village situé tout au centre sud de Lombok, quelques warungs par-ci, par-là, de nombreux shops de surfs et des hôtels discrets. Vraiment sauvage, j’aime !

On descend à l’hôtel The Rinjani, magnifique petit hôtel d’une 20 aines de bungalows. Grand parc, belle piscine, restaurant à prix très corrects, ping pong, slackline, climatisation, grand lit et petite terrasse, le tout pour 500’000 rp la nuit (40 chf). Un peu cher c’est vrai, mais un super confort. Et comme on est là avec notre chien et que notre bungalow donne directement sur un grand parc, on décide d’y rester. Le staff est super sympa (principalement des balinais, étrange), tout le monde adore Jules et il passe ses journées à se balader dans le parc et courir après les enfants de Lombok qui ont toujours aussi peur de lui. C’est tellement drôle à voir!

L’article vous plaît? Partagez-le avec vos amis, suivez-moi sur Facebook et surtout laissez un commentaire tout en bas de cet article. J’y réponds volontiers et ça fait parfois avancer le Schmilblick. 

Magnifiques endroits pour le surf

Gerupuk inside

Gerupuk inside

Les gens viennent à Kuta principalement pour le surf. Il y a de nombreux spots connus du monde entier et des vagues pour tout les niveaux. On fait notre première session sur le spot de Gerupuk Bay, plus particulièrement à Inside Gerupuk. Il y a de nombreux endroits où surfer à Lombok, Lombok network répertorie les principaux dans cet article

On surfe Inside Gerupuk, une droite qui casse sur du récif très uniforme et offre par conséquent plus ou moins tout le temps la même vague. Le premier jour est vraiment difficile, y’a beaucoup de swell, un orage qui se prépare à proximité et le vent souffle fort. Les vagues sont (beaucoup) trop grandes pour moi et après une 10aines de branlées j’ai eut ma dose. C’était sans compter sur l’orage qui a fait son bonhomme de chemin et nous est finalement arrivé droit sur la gueule. On se retrouve donc sous une pluie torrentielle et des orages à proximité. C’est une expérience incroyable donc on décide de rester. J’avoue qu’à ce moment là je pense à tout les avertissements que j’ai lu pour éviter les attaques de requins, surfer lorsqu’il pleut est en position 2 ou 3. Je flippe un peu mais je gère (pas trop le choix non plus). Ce n’est que lorsqu’un éclair tombe à quelques dizaines (centaines?) de mètres de notre position que tout les surfeurs se sont mis à flipper et on a tous pagayé comme des malades aux bateaux. Ah oui, le spot n’est accessible qu’en petit bateau de pêcheurs, ce qui est super cool car les locaux qui nous y conduisent font toute la session avec nous dans l’eau et nous aident à prendre des vagues (je vous parle pas de leur niveau de brute en surf!). Bon, nous voilà donc sur le bateau, sous la pluie et les éclairs, à essayer de rentrer le plus vite possible au port de pêcheurs. On apprend le lendemain que 3 pêcheurs sont morts, touchés par des éclairs et qu’un est dans un état grave à l’hôpital. On a eut tellement de chance sur ce coup là et je suis sûr que c’est la dernière fois qu’on s’aventurera à surfer avec ce genre de météo.

Toujours le sourire chez les locaux

Les locaux sont super sympas. Ils ont le coeur sur la main et un sourire ineffaçable sur le visage. Toujours prêts à vous aider (et pas forcément en échange d’un billet), on a partout été accueilli exceptionnellement et c’était un plaisir de parler avec eux. Dans l’eau c’est la même chose, voir même mieux! Il y a pas mal de locaux qui surfent et également beaucoup de débutants comme moi et j’ai jamais entendu ou vu un local s’énerver sur un débutant qui lui vole sa vague ou lui coupe la priorité. J’ai plutôt vu des locaux aider les jeunes ou les débutants à prendre de bonnes vagues ou à donner des conseils à qui veut bien en recevoir. Tout se passe toujours avec le sourire et c’est tellement beau de les voir se marrer autant dans l’eau.

Kuta Lombok

Kuta Lombok

Les plus belles plages sont à Lombok

Lombok c’est aussi les plages, et autant le dire tout de suite, elles sont 100 fois plus belles que toutes les plages de Bali. Sauvages, natures, du sable blanc et de l’eau turquoise, peu de touristes. Un vrai paradis sur terre. On se rend sur une plage plus à l’ouest: Selong Belanak. On est parti vers l’ouest, monté la première colline à côté de Kuta et continué la route sur environ 45 minutes. Cette plage a également un break de surf, une toute petite vague qui casse tout proche du rivage. C’est un endroit parfait pour s’entrainer à prendre des take off et j’ai du bien prendre 50 vagues en 1h30 dans l’eau. Mon niveau de surf progresse, très doucement mais il progresse 🙂

On mange bien?

Niveau nourriture c’était encore une fois pas vraiment la fête. On a essayé le warung Bulé (sans plus), le buffet italien et sea food du Novotel (n’y allez pas, c’est cher et pas bon. Par conte l’endroit est super joli), un warung sur la plage dont je ne me souviens plus du nom et le restaurant de l’hôtel. Un peu déçu, pas d’étalages de poissons et de barbecue. On se rattrapera à Bali !

Il y a cependant un tout petit warung à côté de notre hôtel (en sortant à droite, 50 mètres sur la route) qui vaut vraiment la peine. Leur sate ayam est terrible (la sauce cacahouète est à mourir), le mie goreng ayam délicieux et on y a mangé un des meilleurs rouleaux de printemps de notre vie. On s’en sort à 100’000 rp (8 CHF) pour 2, avec 2 bières et 2 jus de fruits fraichement mixés.

Rien qu’au sud il y a plein d’endroits à découvrir et explorer, des endroits connus, d’autres plus cachés. Ca vaut vraiment la peine de prendre le scooter et se perdre dans les collines sur ces magnifiques routes aux paysages impressionnants. Je regrette qu’on ai pas eut le temps de tout visiter. On reviendra, c’est sûr!

Retour difficile en ferry

Ferry-to-Lombok-BaliLe retour en ferry s’est par contre un peu moins bien passé qu’à l’aller. Arrivée au guichet pour acheter le billet, un policier sort de la cabine et nous dit que Jules ne peut pas embarquer pour Bali. Il y a des grosses épidémies de rages et les chiens ne sont pas autorisés à passer d’une île à l’autre sauf s’ils sont passés avant en quarantaine. Bien entendu personne ne nous a rien dit à Padang Bay quand on venait sur Lombok mais on comprend mieux pourquoi un monsieur étais très étonné de nous voir avec un chien sur le ferry à l’aller. Bref, on discute avec le type et rien n’y fait, Jules doit rester à Lombok! Autant dire qu’on est dépités et un peu paumés. Les indos ne parlent pas du tout anglais, nous pas du tout indo. Jas décide donc d’appeler notre vétérinaire avec qui elle s’entend bien et celui-ci nous sauve la mise! (merci merci merci!). Il parle au policier et puis nous dit de nous fier à lui et de faire tout ce qu’il dira, quoi qu’il arrive. On le suit donc, anxieux, direction l’office de quarantaine. Là il explique aux types qu’on vient d’arriver de Bali par ferry et que Lombok nous rejette à cause du chien qui n’a pas de papier, on a donc pas le droit de rentrer à Lombok et il faut nous renvoyer sur Bali. Tout ce cirque prend une heure ou deux et beaucoup d’énergie et de stress. Finalement on obtient un certificat de quarantaine pour Jules et l’autorisation d’embarquer sur le ferry. On propose très gentiment au policier un peu d’argent pour ce qu’il y a fait pour nous. Il le refuse tout simplement en disant que lui aussi a un chien et qu’il voulait juste nous aider. Il avait une telle gentillesse dans les yeux quand il m’a dit ça, il a faillit me faire pleurer. Merci mon pote, un grand merci !

En somme une dernière aventure (difficile et heureusement que tout va bien, Jules aurait foutu quoi à Lombok?) 🙂 qui nous confirme encore une fois à quel point les gens sont gentils sur cette magnifique île.

(Les photos sont disponibles sur notre page Facebook)

Alors ça donne envie? Vous connaissez déjà Lombok? Laissez vos commentaires ci-dessous!

Et si tu donnais ton avis?

9.3
Oubliez Bali, venez plutôt à Lombok !

Good Things

  • Les plages sont magnifiques et sauvages
  • La folie du tourisme de masse n'est pas encore arrivée à Lombok
  • Les spots de surf sont excellents
  • Les locaux sont très gentils

Bad Things

  • Peut-être un peu trop sauvage à la longue.

The Breakdown


C'est rigolo?
9
C'est beau?
10
C'est bon marché?
9



Translate »
Merci pour le partage. Pensez également à me suivre sur Facebook